Entrevue avec Marie-Christine Proulx

Pour une chroniqueuse culturelle, à quoi ressemble une journée de travail ?

Si je te parle de ma journée typique à moi comme chroniqueuse culturelle à Salut Bonjour et bien je te dirais qu’outre le fait que je me lève à 3h du matin tous les matins, que j’arrive à TVA vers 3h30, lis mes journaux, fait les nombreux sites web, prépare mes chroniques avec ma recherchiste, je vais au maquillage, coiffure et hop 6h arrive, le reste de ma journée n’est jamais pareil.

Même si l’émission Salut Bonjour se termine à 9h30, ma journée est loin d’être terminée dans la mesure que j’ai toujours au moins 1 tournage par jour et/ou un visionnement de presse, etc. Normalement, je m’alloue toujours une sieste par jour d’une heure 30.

En gros ça ressemble à ça. Et laquelle je me couche alors là ça varie si j’ai un spectacle ou non en soirée!

En ce qui concerne la préparation d’une entrevue avec un artiste, environ combien de temps devons-nous y consacrer ?

Ça dépend de chaque artiste et ça dépend aussi du type de tournage. Avec les années j’ai développé une certaine complicité avec certains d’entre eux ce qui facilite souvent les échanges et fait place aussi à la spontanéité et à l’improvisation.

C’est sûr que si c’est un artiste qui sort un nouvel album, je prends du temps pour écouter l’album, lire des articles sur la personne etc. Difficile de te dire un nombre d’heures. Ça dépend vraiment. Ma force je pense dans mes entrevues c’est que oui j’ai un plan de match au départ mais j’ai une bonne écoute qui souvent me permet d’aller ailleurs dans une entrevue selon ce que l’artiste va me dire dans l’entrevue. Je pense d’ailleurs que c’est là qu’on ressort des choses qui ne sont pas dites ailleurs.

Quel est votre cheminement que vous avez fait, pour faire ce métier ?

Un  BACC multidisciplinaire  ( 3 certificats différents en cumule) Cinéma, communication et droit.

L’école Promédia qui m’a définitivement confirmé que c’est ce que je voulais faire.

 Quels sont les avantages de faire cette profession ?

Je pense que pour faire cette profession, ça prend de la passion et de la persévérance. Les avantages, je te dirais que tout emploi a ces avantages et ces inconvénients. Je pense que tu trouves dans tous les métiers, des avantages mais tu dois avant tout AIMER ce que tu fais.

Est-ce qu’il est difficile de se trouver un emploi dans ce domaine ? Selon ce métier, les perspectives d’emploi dans ce domaine, sont-elles bonnes en région ?

Je ne te cacherais pas qu’il est très difficile de trouver un emploi dans ce métier. Mais quand tu crois en tes rêves, et tu es réellement passionnée tu y arriveras. Il y a toujours de la place pour quelqu’un de talentueux. Mais le secret : PERSÉVÉRANCE. J’en suis un bon exemple.

En région, lorsque j’ai commencé dans le métier c’était LA meilleure option, maintenant avec les coupures et le fait de tout centraliser à Montréal, les opportunités sont peut-être moins grandes, mais ça demeure la meilleure école. Tu te débrouilles avec peu de moyens, peu d’entourages mais c’est là que tu apprends le plus.

Alors OUI il y a toujours de la place pour toute personne qui veut percer dans le milieu. Mais ça ne se fait pas du jour au lendemain.

Quelles sont les conditions de travail ?

Tout contrat est différent. Les conditions sont différentes, les tâches sont différentes.

Est-ce que le travail d’équipe est très présent dans ce milieu ?

 Si je m’attarde à Salut, Bonjour ! oui beaucoup et c’est la beauté de la chose. Il faut réussir à travailler en équipe même si la compétition est féroce. Mais à Salut Bonjour nous avons chacun nos départements, nos spécialisations, mais c’est un trip de gang tous les matins! Nous sommes une petite famille et nous sommes tous des gens passionnés. Il faut parce que pour se lever à 3h du matin ça prend ça ! (Rires)

Quels sont les côtés négatifs de faire ce métier ?

 L’insécurité, je te dirais qu’à mes yeux c’est le point négatif le plus important. C’est souvent de petits contrats qu’on signe, à l’occasion il peut y avoir des périodes où nous n’avons pas de contrats, donc plus difficile. Mais être travailleur autonome, ça fait partie de la « game » comme on dit.

 Qui est-ce qui peut engager dans ce domaine ?

 En fait ce sont des producteurs qui engagent ou encore les artistes arrivent souvent avec des projets clés en main maintenant donc il faut les présenter à qui de droit; producteur, boîtes de production, réalisateur, etc. Tout dépend de chaque projet.

En journalisme, est-ce qu’il est possible d’avoir des vacances ?

Oui tout le monde a droit à des vacances. Mais encore là tout dépend de tes fonctions,  de la période de tes contrats etc. Par exemple à Salut, Bonjour ! j’ai 5 semaines de vacances par année. Certains diront que c’est beaucoup mais avec ce « beat » de travail, il faut se reposer à l’occasion. Lorsque j’étais aux nouvelles avec Pierre Bruneau et bien là ce sont les conditions de travail propre au service de nouvelles qui s’appliquent. Encore là ma réponse est peut-être vague mais ça varie vraiment d’un contrat à l’autre.

À quoi ressemble votre environnement de travail ?

À Salut, Bonjour ! tout ce passe beaucoup sur le plateau de tournage donc un environnement de travail qui est toujours en mouvement! Il y a aussi des recherchistes avec nous pour nous aider dans la recherche, le montage de nos tournages etc.

Quelles sont les exigences ?

Du talent, de la rigueur, du charisme, et être travaillant. Je pense que ce sont les qualités de base. Toutefois la personnalité joue pour beaucoup aussi.

Qui était ton modèle, lorsque tu étais petite ?

Je vais te répondre davantage qui est mon modèle aujourd’hui.

 Julie Snyder pour tout son côté complètement fou et son côté travaillant

Éric Salvail pour sa folie que j’aimerais tellement avoir et être capable un jour de montrer à l’écran. Je le regarde et j’envie ( de façon positive) tous ces projets. Il a une belle folie et il sait comment le mettre à profit.

Et Anne-Marie Witthenshaw pour sa rigueur, sa diversité dans ces projets, et ses connaissances dans tout. C’est un réel modèle pour moi.

Quel était ton plus grand rêve quand tu étais plus jeune ?

Un jour travailler à la télévision ou encore chanter.

Je visitais à chaque année Radio-Canada avec mon père lors des portes ouvertes et j’aimais tellement ça. Je me disais un jour j’y travaillerais.

Qui a eu le plus d’influence sur toi au cours de ta vie ?

 Mon père, parce que je suis comme lui. Je crois en mes rêves, il m’aide à chaque jour à m’améliorer et m’a toujours aidé à me rendre là où je voulais être. Même encore aujourd’hui à 37 ans, il m’influence.

Aimerais-tu un jour, avoir ta propre émission ?

Oui, mais je ne rêve pas du gros talkshow comme bien des gens. Je rêve d’un plateau à la Regis and Kelly                      (maintenant Regis and Michael) en co-animation en ayant du temps pour des entrevues et du plaisir en même temps.

Depuis quel âge es-tu passionné par les médias ? Te souviens-tu d’un moment marquant dans ta jeunesse où tu as eu le déclic  et que tu as su que c’est ce métier que tu voulais faire plus tard ?

Mes visites dans les studios de Radio-Canada. Les plateaux m’ont toujours fasciné et j’y prends autant de plaisir à chaque fois que j’en découvre un nouveau.

Quel conseil donnerais-tu à un jeune qui veut faire le même métier que toi plus tard ?

À défaut d’avoir l’air de te donner une réponse facile, crois en tes rêves, fonce, sois persévérante et ne te décourages jamais. Il y a toujours de la place pour des gens passionnés.

Qu’est-ce qui te motive dans la vie de tous les jours ? 

 Il y a quelques années je t’aurais dit que ce qui me motive le plus c’est mon travail parce que pour moi ce n’est pas du travail mais bien une passion que je vis à tous les jours. Aujourd’hui j’ajouterais à ceci ma famille. Étant maintenant une maman, nos priorités changent, mais la passion demeure. Mais voir ma petite fille grandir et mon petit gars qui s’en vient ca me motive à tous les jours d’être la meilleure maman du monde pour eux.

Si l’on pouvait te décrire d’une seule façon, comment l’on te décrirais ?

 Un peu timide OUI OUI mais avec une folie spontanée qui aime la vie, qui aime les gens et qui est passionnée par tout ce qui l’entoure.

Pour terminer, nous avons notamment eu la chance de te connaître davantage grâce à l’émission Salut, Bonjour! en tant que chroniqueuse culturelle. Est-ce qu’il y a eu des moments que tu as vécus que tu te souviendras toute ta vie ? Un moment marquant ?

Mon premier vrai matin. Je m’explique. J’ai remplacé pendant 4 ans à Salut Bonjour avant d’avoir LE poste officiel de chroniqueuse culturelle. Alors quand je suis rentrée le lundi en me disant que là c’était ma place restera toujours un moment important. J’y ai tellement rêvé. Même que j’ai mis pendant longtemps la photo de Gino sur mon frigidaire en me disant qu’un jour je partagerais mes matinées avec lui. Ça s’appelle un de la folie haha mais aussi de la visualisation positive. Ce que je fais souvent dans mon cas.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s