Entrevue avec l’animateur Gabriel Marois

Aujourd’hui, l’équipe du Phare s’entretient avec l’animateur Gabriel Marois. Toujours à la radio en semaine, de 15 h à 18 h sur les ondes du 102.1 CKOI, Gabriel vous accompagnera pour votre retour à la maison, à la barre de l’émission, l’Été CKOI. Retrouvez-le également le weekend pour le Party du vendredi, les soirées CKOI et également, CKOI TA TOUNE.

Tu as gradué d’ATM en 2013. Est-ce que tu as un souvenir mémorable de ton passage ?

Mon passage en ATM a été marqué de plusieurs souvenirs mémorables. C’est le moment où, pour la plupart, tu quittes tout tes points de repère. Le moment où tu apprends à te connaître, à découvrir ce que tu aimes, ce que tu veux dans la vie.

Je dirais qu’un des moments qui m’a énormément marqué, ça été le « Show Braille ». La dernière émission de Class Radio avant de partir dans le monde des grands, avant d’entamer ton stage de fin de DEC. C’est un moment de grande fierté de voir que tu as terminé tes études pour travailler dans le domaine pour lequel tu te passionnes. En même temps, quitter ATM à la fin, c’est quitter ta deuxième famille. C’est un moment où on vit toutes les émotions.

Quelle est la première qualité d’un animateur ?

La polyvalence est quelque chose qui va permettre à un jeune animateur de percer. Si tu sais faire de la promo, de la direction musicale, de la production, de l’écriture, les stations vont voir toutes les possibilités qu’ils ont avec toi et parfois ça peut même sauver ton emploi!

Si tu pouvais faire une entrevue avec n’importe qui dans toute l’histoire, qui choisirais-tu?

Il y en a teeeelllllleeeeeement!!! Chose certaine, un artiste issu du milieu musical. J’aimerais beaucoup rencontrer Katy Perry un jour, parler avec Lady Gaga de ses débuts, de son parcours. JUSTIN TIMBERLAKE certainement! (Rires)

Qu’est-ce que tu souhaites réaliser au cours des prochaines années?

Actuellement, j’ai une chance incroyable d’être chez Leclerc Communication. J’ai mon émission, chez moi à Québec. Je ne pourrais demander mieux. J’aimerais peut-être faire grandir Les Potins à Gab. Une émission à la télévision par exemple. Aussi, je me verrais me joindre à une équipe comme Salut, Bonjour!

Te voilà aujourd’hui à la barre de l’émission Les soirées CKOI, du Party du Vendredi et de CKOI TA TOUNE à CKOI Québec. De quoi es-tu le plus fière à ce jour sur le plan professionnel ?

D’être ici. Tout est un enchaînement de circonstances. Être à la bonne place au bon moment. Mais c’est aussi le travail acharné. J’ai travaillé fort pour être où je suis actuellement. Chaque animateur va vivre des hauts et des bas dans sa carrière, mais il ne faut jamais abandonner. Il y a de la place pour les passionnés, ceux qui veulent vraiment! Je suis extrêmement fier d’être où je suis actuellement, mais également l’opportunité incroyable d’animer le retour à la maison pendant la période estivale, à Québec.

Quel était ton plus grand rêve quand tu étais petit ?

Faire de la radio… J’ai commencé en faisant de la radio étudiante en secondaire 1. Depuis ce temps-là, mon rêve a toujours été de faire de la radio chez moi, à Québec. C’est une fierté chaque fois que j’y repense d’avoir réalisé ce rêve. De le réaliser à tous les jours!

Si tu avais à décrire comment tu étais, durant ton enfance, que dirais-tu ?

J’ai toujours été quelqu’un de très pacifique. Un jeune garçon qui veut toujours faire plaisir à tout le monde. J’étais le genre de personne, pas effacé, mais qui ne cherchait pas l’attention de tout le monde. J’étais un peu discret.

Dans la vie, on nous dit souvent qu’il faut apprendre à faire des choix. À savoir dire non. Pour toi ses phrases, sont-elles révélatrices ?

Je dirais que je n’ai pas souvent eu à faire de choix dans ma vie professionnelle. J’ai eu des opportunités que j’ai prises. À un moment par contre, j’ai dû en faire un qui allait tout changer. Je n’étais plus à la radio depuis quelques mois et j’ai eu l’opportunité de revenir. Je devais choisir entre un emploi stable à un salaire intéressant et retourner dans le monde fou de la radio où tout peut changer à la dernière seconde. Le choix de revenir, c’est ce qui m’a permis quelques mois plus tard d’avoir mon émission à moi. Je ne serais pas où je suis actuellement si j’avais fait un choix différent.

Est-ce difficile de se trouver un emploi dans ce domaine en région ?

Je me suis déjà fait dire « Il y aura toujours de la place pour les passionnés et ceux qui ont du talent ». Je ne pourrais pas dire mieux. En région, c’est certain que c’est plus facile que dans un grand centre comme Québec.

Pour un animateur de radio, à quoi ressemble une journée de travail ?

Dans mon cas, cet été je fais également des heures à la direction musicale. Donc j’arrive à la station vers midi, je m’occupe de voir que tout est beau côté musical. Est-ce qu’il y a assez de chansons? Est-ce que les quotas du CRTC sont respectés? Etc. Par la suite, vers 14h je commence la recherche de mon émission qui va débuter vers 15h. L’émission se déroule jusqu’à 18h, je vérifie que les heures arrivent bien à minuit et que la musique anglophone va recommencer à minuit pile et je quitte par la suite. Une journée de travail en radio ne serait jamais pareille d’une personne à l’autre.

En ce qui concerne la préparation d’une émission de radio, environ combien de temps devons-nous y consacrer ?

Je te dirais que ça dépend du style d’émission que tu fais. Dans le cas d’une radio parlée, je ne pourrais pas te répondre. Par contre, au niveau de la radio musicale, j’essaie de m’y consacrer environ 1 heure d’avance quand j’ai ma liste de musique.

Quels sont les avantages de ce métier ?

La proximité avec l’auditeur. Chaque fois que tu entres en ondes, c’est un privilège que tu as de pouvoir parler, transmettre ta joie et essayer d’améliorer la journée de tes auditeurs.

Qui était ton modèle lorsque tu étais petit ?

Il y a tellement de gens qui ont influencé mon parcours. Que ce soit Martin Dalair et Catherine-Emmanuelle Laliberté, alors que je l’écoutais tous les matins avant d’aller à l’école. Bernard Laberge a été quelqu’un qui m’a également transmis cette passion. C’est grâce à lui que j’ai touché pour la première fois une console de radio professionnelle. Est-ce qu’il y a un modèle en particulier ? Non. Il y en a plusieurs qui ont influencé mon parcours : des gens du milieu, des professeurs et ma famille.

Quel conseil donnerais-tu à un jeune qui souhaite faire le même métier que toi, plus tard ?

Fonce. On a une seule vie. Tu veux faire de la radio? Tu es passionné? GO. Prend conscience quand même que tu ne pourras pas commencer en haut de l’échelle. Tu peux faire partie d’une équipe de promotion et faire de la mise en ondes. Ce sera ton tour un jour.

Depuis quel âge es-tu passionné par les médias ? Te souviens-tu d’un moment marquant dans ta jeunesse où tu as eu le déclic et que tu as su que c’est ce métier que tu voulais faire plus tard ?

Je parlais de Bernard Laberge un peu plus tôt. Il y a quelques années, Berni faisait le « Jam du Vendredi soir » alors qu’il animait au FM93. Je me souviendrai toujours du 31 décembre. Ce soir-là, où il faisait une émission spéciale du Jam pour la nouvelle année. J’ai eu, comme cadeau de nouvel-an, la chance de faire la mise en onde pendant une heure, seul en studio! J’avais environ 15 ans à ce moment. C’est le moment où tout s’est confirmé. J’ai su que ma deuxième maison, un jour, serait un studio de radio.

Il y a quelques mois, tu as lancé ta nouvelle websérie  »Les Potins à Gab ». Aimerais-tu avoir un jour ta propre émission à la télévision ?

Oui, vraiment! Ce serait la prochaine étape de ce superbe projet qui a commencé en chroniques avec les Justiciers Masqués.

Qu’est-ce qui te motive dans la vie de tous les jours ?

Les nouveaux défis, l’équipe de la station et le fait de me dire que je vais pouvoir transmettre ma bonne humeur aux gens qui vont retourner chez eux après une grosse journée de travail.

Grâce à ton travail à CKOI, tu as la chance de rencontrer des gens de différents milieux. Quelle est la plus belle rencontre que tu as fait à présent ?

Avec CKOI, il m’arrive rarement de faire des rencontres étant donné que les émissions que je fais sont très musicales. Tout de même, j’ai eu la chance d’avoir en entrevue David Guetta. Petite histoire drôle avec cette entrevue. C’était le 1er avril qu’on m’a demandé si je voulais faire une entrevue avec le DJ. J’ai cru jusqu’à la dernière seconde qu’on essayait de me faire une blague. Une chance que je m’étais préparé!!!

En terminant, voici des minis-questions en rafale :

Dans l’équipe de CKOI et WKND radio qui…

– …joue-le plus de tours hors d’ondes ? Gabriel Marineau est bon là-dedans!

– …est le plus concentré avant le début d’une émission ? On est tous un peu foufou quand on n’est pas en onde.

– …est-le mieux préparé pour les émissions? Caro Gingras et Sylvie sont très préparées quand elles arrivent en ondes.

– …est le plus drôle ? Max Tremblay est bien confortable dans son siège du plus comique de la gang.

– …est la personne avec qui tu t’entends le mieux ? J’adore toute l’équipe, mais je dois dire que Brigitte est un coup de cœur depuis le début. On s’entend super bien ensemble.

Publicités

Un commentaire Ajoutez le vôtre

  1. Gabriel marois dit :

    J’espère que tu seras pop puisque tu porte le même prénom et nom de famille que le mien lol bonne chance dans ta carrière

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s